La vie au XXIe siècle

La nature humaine, l'évolution, l'univers...

Ma photo
Nom :
Emplacement : Tomifolia, Québec

Un proche cousin d'un bonobo du même nom qui, comme moi, tapait sur un clavier pour communiquer.

05 décembre, 2005

Langage : syntaxique ou non?

Je termine bientôt "Dynamic Dance". Le dernier chapître est le plus intéressant d'après moi, car l'auteure (Barbara King) y fait une discussion critique des différents modèles d'origine du langage.

Je note qu'il semble y avoir chez les chercheurs (au moins) deux courants de pensée à ce sujet. Il y a à tout le moins une approche très "formaliste" du langage, dans le courant de Noam Chomski. On y insiste beaucoup sur le langage syntaxique comme étant une évolution majeure, une forme de mutation, qui fait que le langage humain se démarque complètement de ce qu'on trouve dans le reste du règne animal. Un autre courant privilégie une approche disons "socio-émotionnelle", où le langage est une évolution de la communication gestuelle qu'on trouve chez les grands singes, et qui sert essentiellement à la cohésion du groupe. Barbara King se situe nettement dans ce courant, et j'y mettrais Dunbar également. Pinker serait probablement dans le premier courant. Je simplifie énormément cependant.

Je reviens cependant à mon idée selon laquelle on a peut-être une idée trop monolithique du langage humain. En reconnaissant que le langage a différentes fonctions, mais également différentes formes, et que ces fonctions et ces formes ont peut-être connu des évolutions parallèles, on peut peut-être réconcilier les différents points de vue et en arriver à un modèle cohérent.

On ne peut pas, par exemple, nier l'importance de la gestuelle dans le langage. Ramener le langage à son seul aspect "parlé" est trop réducteur. Nous utilisons beaucoup de gestes, ainsi que beaucoup d'expressions faciales, qui sont le plus souvent essentielles pour que l'interlocuteur saisisse le sens de ce qui est dit. Or la communication gestuelle et les expressions faciales sont déjà le mode de communication principal chez les grands singes. Bien qu'il puisse être dit que chez les humains, la communication non-verbale vient compléter le langage parlé, on pourrait renverser la proposition et dire que le langage parlé n'est qu'un complément de la communication non-verbale. Ainsi, d'un point de vue phylogénique, le langage est peut-être apparu pour compléter, et peut-être préciser les modes de communication non-verbaux existants. Les grands singes vocalisent d'ailleurs beaucoup, mais on sait que leur anatomie ne leur permet pas d'émettre des sons articulés très complexes. À partir du moment où notre anatomie a facilité des vocalisations plus complexes, il n'est peut-être pas étonnant qu'elles aient pris plus d'importance dans la communication.

D'autre part, en mettant tellement d'importance sur l'aspect syntaxique de notre langage, on néglige le fait qu'une bonne partie de ce que l'on dit n'utilise pas de syntaxe. En fait, nous utilisons encore beaucoup de "vocalisations", dans toutes sortes de situations du quotidien, des "ouh", des "ah", des "ouch", des "iiihhh", des "Hey" de salutation. Un mot comme "non!" est utilisé seul dans toutes sortes de situations (particulièrement quand on a de jeunes enfants!..) et est d'ailleurs toujours complété par un geste ou une expression faciale. Les qualificatifs que nous utilisons pour exprimer nos sensations ou nos états d'âme peuvent être utilisés sans syntaxe aucune: on peut dire "j'ai froid", mais aussi bien seulement "froid!", en tremblottant et en se pelotonnant, et le message passe tout autant. Les qualificatifs sont d'ailleurs la plupart du temps liés à des émotions, et sont le plus souvent dits en ajoutant une emphase gestuelle et faciale: on dit "c'est beau" en allongeant le mot, et en prenant une expression disons "ravie", on dit "c'est grand" en prenant une expression admirative, "c'est petit" en indiquant avec la main qui resserre l'espace entre le pouce et l'index. J'imagine qu'on pourrait documenter des milliers d'exemples. Il s'agit là d'un langage sans syntaxe, qu'on pourrait dire "émotionnel", qui sert à exprimer d'une façon très simple ce que l'on ressent ou ce que l'on voit. Un tel langage peut être apparu comme une continuité d'un langage gestuel et facial déjà existant. La communication entre une mère et son bébé est peut-être d'ailleurs un facteur déterminant pour l'apparition et le développement d'un tel "proto-langage".

Les disciples de Chomski ont justement tendance à nier la possibilité d'un tel proto-langage. Le langage serait syntaxique ou ne serait pas. Mais plus on étudie la communication chez les espèces animales, moins on peut souscrire à ce point de vue. Par contre, on peut concevoir que l'apparition du langage syntaxique a effectivement été un développement majeur, une innovation. Mais cette innovation, d'après moi, n'a pu apparaître que parce qu'il y avait déjà les principaux éléments en place.

Un autre élément, dont j'ai déjà parlé, c'est le vocabulaire, ou si on veut le vocabulaire référentiel. "Nommer" les objets (ou les personnes...). Contrairement aux qualificatifs dont je parle plus haut, les noms ne charrient aucun contenu émotif en soi. Personnellement, j'ai tendance à voir le fait de "nommer" les objets comme une invention majeure de l'humanité (bien qu'elle ait peut-être eu lieu chez d'autres espèces). Je peux imaginer la "révélation" que ça a été chez les humains primitifs, comme par exemple l'écriture est une révélation quand des peuples qui ne la connaissent pas sont mis à son contact. Les humains primitifs ont peut-être considéré la vocalisation de "mots" référant à des objets (comme par exemple de la nourriture), comme un très bon "truc", quelque chose de très malin et de très utile à la fois. Peut-être est-ce apparu après que les vocalisations se soient déjà développées en tant que "mots" discrets pour l'expression d'émotions. Mais on sait aussi que chez les grands singes, le geste indiquant un objet, qui sert par exemple de requête, existe déjà. Le "mot" viendrait alors "compléter" le geste, et le préciser, pour enlever toute ambiguité. Évidemment, un "consensus" doit se construire sur la signification des mots. L'approche de Barbara King dans "The Dynamic Dance" est justement de montrer comment le sens se construit d'une façon dynamique dans la communication chez les grands singes, avec la participation active des deux ou plus intervenants. Le même mécanisme dynamique servirait à la création du sens des mots articulés.

Je considère donc qu'un proto-langage non-syntaxique est tout à fait possible comme un complément à des modes de communication essentiellement gestuels, et apporterait déjà un avantage écologique non négligeable. L'apparition du langage syntaxique n'est peut-être que la dernière étape d'un long processus. Un proto-langage pourrait être déjà présent chez Homo Erectus, sans avoir évolué d'une façon marquée durant toute la vie de cette espèce, tout comme les outils primitifs sont restés les mêmes pour un million d'années. Mais l'augmentation graduelle de la taille du cerveau pourrait indiquer une pression écologique favorisant ceux qui maîtriseraient le mieux cette habileté.

Bon, tout ça ne doit pas être pris trop au sérieux, je l'ai dit, je ne suis qu'un "amateur". Considérez tout ceci comme mes réflexions personnelles suite à mes lectures!

1 Comments:

Blogger Michel PETER said...

A propos de votre réflexion sur le "langage syntaxique ou non", il me semble que vous oubliez de distinguer 2 approches disdinctes : l'analyse du langage tel qu'il existe dont Chomsky "démontre" qu'il est bâti sur une base innée (grammaire universelle) et l'étude des conditions de son apparition au cours de l'évolution, ce qui suppose de répondre aux questions du quand et du comment.
Il me paraît que vous parlez plutôt de cette 2ème approche pour laquelle la notion d'un protolangage et celle d'une phase transitionnelle de langage gestuel précédant le langage dit de la "double articulation" (Martinet) est toujours à l'ordre du jour.
Mon opinion va dans votre sens car il existe notamment de nombreux arguments de neurobiologie comparative qui permettent de relier l'action motrice et l'articulation du langage.
A votre disposition pour poursuivre cette discussion.

6:11 AM  

Publier un commentaire

<< Home